Le Grand Site Salagou - Cirque de Mourèze

Du barrage au Grand Site de France en projet
Chronologie

Du barrage à une labellisation Grand Site de France

Changement de paysage :
Le barrage et la naissance du lac du Salagou

A l’origine, le Salagou est un ruisseau qui parcourt une vallée aride. Ce cours d’eau de type méditerranéen subit des crues soudaines. Jusqu’à la construction du barrage, les terres riveraines du Salagou étaient plantées de vignes, d’oliviers et de céréales pour les plus fertiles, landes et garrigues pour les plus ingrates. L’économie locale repose alors sur la polyculture.

1969-1971
La mise en eau de la vallée

En 1958, dans le cadre d’une politique régionale de reconversion du vignoble vers l’arboriculture, le Ministère de l’Agriculture lance le projet de barrage. Accumulée, cette réserve d’eau vient irriguer des cultures en aval. Le barrage vient permet d’écrêter les crues du fleuve Hérault, pour limiter les inondations.
Maître d’ouvrage du projet, le Département de l’Hérault achète en 1962 900 hectares de foncier (terres de la vallée jusqu’à la cote 150). Les travaux s’étalent de 1964 à 1969 et vont générer des expropriations. Les vannes sont fermées et la mise en eau commence en 1969.
Finalement, le niveau d’eau s’arrête à la cote 139 : le village de Celles et le hameau des Vailhés sont hors d’eau. En définitive, disparaîtront sous l’eau l’imposante maison communément nommée « le château », deux fermes dans la vallée, une laiterie, des remises agricoles et des terres cultivées, des ponts et vestiges d’un pont supposé de l’époque romaine, une grande portion de la Route Nationale 9, version moderne d’une voie de passage empruntée depuis des temps très anciens.
Le lac se remplit en deux ans seulement. La mise en eau de la vallée est avérée et le lac nait en 1971.

Histoire du barrage
Des résistances

Devant le refus de certains habitants de quitter leur domicile, des expropriations ont lieu. Elles s’inscrivent dans les mémoires et laissent des cicatrices.

Le lac vient remplir la vallée en son centre et en désorganise le fonctionnement. Les villages ne sont plus reliés les uns aux autres. Des habitudes, des voisinages disparaissent.

Le barrage

Le barrage est construit selon une technique particulière et innovante à l’époque : un barrage poids en enrochements de basalte avec un masque d’étanchéité en macro-béton bitumeux. Les carrières sont encore visibles sur les plateaux basaltiques voisins (Auverne, Montredon, Germane).

Télécharger le livre du barrage
Un barrage poids à la rupture improbable
  • Pluviométrie moyenne : 970 mm
  • Cote maximale : 142
  • Cote normale : 139
  • Hauteur d’eau maximale dans le lac : 54.5m
  • Le lac : 750 ha et profondeurs de 4 à 40 mètres
  • Hauteur du barrage : 62.30m
  • Longueur de la crête du barrage : 357m
  • Largeur de la crête : 7.42m
  • Surface du masque amont : 22 000m2
  • Poids des enrochements basaltiques : 1 650 000 tonnes
1976 - 2005
Le SIATS

En 1976, douze communes riveraines du lac créent le Syndicat intercommunal d’aménagement touristique du Salagou (SIATS) pour porter des projets comme les deux campings et les bases nautiques, une auberge à Clermont et à Octon, des gîtes, les tennis et le ponton promenade à Clermont l’Hérault, une végétalisation des berges et des accès à l’eau pour les pêcheurs. Un projet de réhabilitation de 108 kms de piste VTT voit aussi le jour.
La création du Syndicat mixte de gestion du Salagou en 2005 qui intègre le Département de l’Hérault, propriétaire du lac et de ses berges, donc partenaire essentiel, engendre la dissolution du SIATS.

2000-2003
Projet de golf-hôtel et classements du site

En 2000, le projet d’installation d’un golf-hôtel de luxe par un investisseur américain mobilise à nouveau les habitants, qui vivent ce projet comme une nouvelle mainmise industrielle et économique sur leur territoire. Des personnalités reconnues réagissent : José Bové, Noël Mamère…
Le 5 juillet 2000, la Ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement Dominique Voynet prend position contre ce projet et pour la protection de la vallée au titre des sites.
L’abandon du projet marque un tournant dans l’histoire du site puisque la lutte aboutit au classement de la vallée du Salagou et du cirque de Mourèze, en 2003.

Classement Site
2003-2005
Le classement du site et Natura 2000

Trois démarches progressent alors, de façon parallèle.

  • La rédaction d’un plan de gestion par le Département qui cherche à définir un modèle de développement économique du site,
  • Le classement comme « site classé »,
  • La désignation en zone Natura 2000 aux portées règlementaires sont plus orientés sur la préservation et la conservation du site, de ses paysages et de la biodiversité.

Ces trois démarches aboutissent la même année, en 2003. Devant la complexité de gestion d’un territoire nouveau, à cheval sur plusieurs unités administratives et fortement protégé, les collectivités créent ensemble le Syndicat mixte de gestion du Salagou, en 2005.

Natura 2000
Un classement qui recrée une unité

En 1969, la construction d’un barrage dans la vallée du Salagou puis, la naissance du lac ont créé un nouveau paysage. Aujourd’hui, le traumatisme engendré par ce changement s’apaise. Une dynamique s’installe, incertaine encore, autour de la notion de lieu unique. En classant le site en 2003, les acteurs locaux et l’Etat choisissent de fonder son devenir sur la singularité du paysage, et de son histoire.

Le classement redonne à ce site éclaté une cohérence paysagère d’ensemble. Le classement de l’ensemble de la vallée est un outil puissant et efficace pour protéger le site d’interventions extérieures massives. Mais il est exigeant, et difficile à manier. Il demande une vision paysagère d’ensemble, qui échappe encore aux acteurs : ce paysage est tout à fait nouveau, inédit, voire incongru. Comment utiliser le classement pour intégrer le choc et le dépasser, sans nier l’histoire du lieu ? Comment, face aux incertitudes, éviter la répétition de l’histoire ?

Le projet
Mémoires de la vallée du Salagou

A l’occasion des 50 ans du lac du Salagou, en 2019, Radio Pays d’Hérault a réalisé une série intitulée « Mémoires de la Vallée du Salagou »

Composée de quatre épisodes, ces enregistrements sonores, témoignages d’anciens et de nouveaux habitants de la vallée avant et depuis le lac, vous aideront à comprendre l’histoire singulière des lieux et leur avenir.

RPHFM
La vallée avant le lac
Photo tirée du livre "Paysages disparus au fond du lac" de Robert et Jean Paul Dunoyer
Épisode 1
Les expropriations
Photo tirée du livre "Paysages disparus au fond du lac" de Robert et Jean Paul Dunoyer
Épisode 2
la réhabilitation
Photo tirée du livre "Paysages disparus au fond du lac" de Robert et Jean Paul Dunoyer
Épisode 3
les nouveaux pionniers
Photo tirée du livre "Paysages disparus au fond du lac" de Robert et Jean Paul Dunoyer
Épisode 4
Découvrir

Le projet du Grand Site Salagou - Cirque de Mourèze

Découvrir